Un an après : quel impact de la crise sanitaire sur la recherche de formation ?

Que ce soit en formation initiale ou en formation continue, quelles ont été les demandes de formation au cours de la crise sanitaire en 2020 ? Zoom sur ce baromètre édité par La Edtech d’Hellowork, animant les plateformes MaFormation et Diplomeo.

L’année 2020 est marqué par la crise sanitaire due au covid-19. Quel impact cette situation inédite a-t-elle eu sur les envies des Français de se former ? Le groupe Hellowork s’est penché sur l’étude des recherches de formations faites sur son site maformation.fr. Il l’a complétée par une étude sur l’impact de la crise sanitaire sur la recherche d’emploi.

Pour la formation continue, l’analyse est basée sur un échantillon de 19 832 demandes de formation en janvier 2021 contre 18 380 en janvier 2020.

Concernant la formation initiale, il s’agit de l’analyse basée sur un échantillon de 21 174 demandes d’étudiants/lycéens de mises en contact en janvier 2021 vs 15 995 en janvier 2020.

Et pour la mobilité et la recherche d’emploi, ce sont 1 005 salariés en poste et 384 recruteurs qui ont fait part de leurs points de vue.

Quelles formations ont été le plus demandées en 2020  durant la crise sanitaire ?

Premier point marquant de l’étude : un besoin de formation qui s’est intensifié avec les recherches réalisées sur Maformation.fr qui ont augmenté de 40 % pendant les périodes de confinement en comparaison à 2019.

Le Top 3 en formation continue voit le bilan de compétences en tête des requêtes. Il est suivi par le CAP petite enfance et le BTS comptable. Si 30 % des recherches sont en lien avec la reconversion, 70 % des recherches sont encore liées à la montée en compétence.

La reconversion professionnelle est ainsi au cœur des interrogations du moment de certaines personnes interrogées. Les demandes de formation pour le CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (AEPE) ont augmenté de 76 %. « Les formations dans le médico-social ont le vent en poupe depuis l’arrivée de la Covid-19. La situation sanitaire a créé des déclics, les Français ont envie d’aider les autres, encore plus en cette période compliquée » indique Jérémy Plasseraud, Responsable de l’activité MaFormation.fr.

A noter : l’anglais est la formation la plus demandée avec une croissance de 113 % en un an.

Dans le top de croissance des demandes de formations initiales sur le site diplomeo.fr, on compte :

  • + 42 % pour un BTS dans le social
  • + 30 % pour un master en marketing
  • + 27 % pour un master en droit
  • + 14 % pour un BTS commerce
  • + 9 % pour un BTS de management

Côté « flop », les secteurs de la communication, du commerce international, de l’audiovisuel, du tourisme et du sport sont les plus en retrait dans les demandes de formation.

Une envie de mobilité qui s’intensifie…

Dans une précédente étude d’Hellowork publiée en décembre 2020,  1 185 actifs déclarant vouloir se reconvertir ont été interrogés entre le 30 septembre et le 25 octobre 2020, afin de mieux comprendre ce qui les motivait dans leur quête de reconversion. 49 % des actifs interrogés déclarent que le confinement a joué sur leur envie de reconversion.

Les personnes ayant déclaré avoir envie de se reconvertir ont en moyenne entre 11 et 20 ans d’expérience, et disposent d’un diplôme qui correspond dans la majorité des cas à leur emploi actuel. Il est intéressant de noter que 41 % d’entre elles déclarent avoir déjà changé de métier ou de secteur d’activité plusieurs fois depuis leur entrée dans la vie active.

Parmi les principales raisons avancées pour ce désir de changement :

  • l’équilibre vie pro / vie perso (47 %)
  • l’envie de découvrir « autre chose » (45 %)
  • la quête d’un métier qui a plus de sens (44 %)
  • ne se plait pas dans son métier (29 %)
formation et crise sanitaire 2020 - baromètre publié par La Edtech d’Hellowork

Toutefois, seul un répondant sur quatre indique ainsi être prêt à changer de région pour mener à bien sa reconversion, quand un sur trois souhaite rester sans sa ville actuelle.

Enfin, à la question « comment comptez-vous vous former pour pouvoir exercer ce nouveau métier » :

  • 31 % déclarent « je ne sais pas »
  • 26 % évoquent la formation continue
  • 22 % envisagent une formation initiale
  • 10 % ne comptent pas se former
  • 5 % feront un stage.

Et vous, avez-vous un projet de formation pour monter en compétence ou vous reconvertir en 2021 ? Faites-nous en part en commentaire !

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. En savoir plus sur l'auteur de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *